AAE ENSPS
AAE ENSPS AAE ENSPS AAE ENSPS
AAE ENSPS
Connection
Votre Nom
Mot de passe
Je ne connais pas le mot de passe

Il était une fois notre école...

Avec plus de 2500 Anciens, Télécom Physique Strasbourg est encore une bien jeune et petite école comparée à des "mastodontes" comme Les Arts et Métiers, l'INSA ou l'ENSEEIHT. Malgré tout, un véritable réseau efficace s'y construit petit à petit dans l'hostile monde du travail. Les premiers diplômés retraités se sont signalés récemment mais le profil des Anciens de l'école est encore globalement jeune. Quant à l'association des Anciens, elle gagne en dynamisme petit à petit, avec un Annuaire édité tous les deux ans qui s'épaissit d'année en année...

Le rôle de l'AAE est de fédérer et de structurer ce réseau naissant. Pour cela, elle dispose certes d'outils comme l'Annuaire, mais sans quelques souvenirs de l'esprit école, les Anciens n'en auraient aucune utilité. L'esprit école, c'est d'abord des traditions, une histoire : Il était donc une une fois… Télécom Physique Strasbourg !






Les années 70 - L'emergence d'une école

Sur l'initiative de Gilbert Sutter, un groupe de Professeurs de la faculté des Sciences de Strasbourg entreprend les premières démarches pour la création d'une école d'Ingénieurs spécialisés en Physique.

L'Ecole d'Ingénieurs Physiciens de Strasbourg est créée et s'installe rue du Maréchal Joffre. Elle compte six étudiants. Un an plus tard, en 1971, elle déménage (avec 6 étudiants, c'est facile) dans les anciens locaux de l'Institut de Botanique, 7 rue de l'Université : à cinq minutes du centre-ville et pile en face de l'INSA (alors nommée ENSAIS), c'est un cadre idéal pour les étudiants.

Au bout de trois ans, la Commission des Titres d'Ingénieurs (CTI) s'intéresse pour la première fois à l'école.

En 1974-75, l'Association des Elèves et Anciens Elèves Physiciens de Strasbourg est créée. Le premier président, Bernard Kauffman, cède un an plus tard sa place à Francis Klein. Ce dernier restera à la tête de l'Association pendant 15 ans. En 1976 sera organisé le Premier Rallye touristique entraînant élèves, anciens élèves et enseignants dans une virée à travers l'Alsace et l'année suivante, paraitra le premier annuaire.

Les années 80 - Les années Sutter

Il faudra attendre 1981, soit onze ans après la création de l'école, pour que le diplôme soit enfin reconnu par la CTI : Le Président de la République, Valéry Giscard d'Estaing, signe le décret de création de l'Ecole Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg : l'ENSPS est née. Elle est dès lors une véritable école d'Ingénieurs, avec des statuts (1982) et un Conseil d'Administration auquel participe l'Association des Elèves et Anciens Elèves dès 1982. Les premiers "ingénieurs ENSPS" sortent en 1983, ils sont onze. Ceci mène le nombre des anciens élèves à 146. La future promotion 84, avec ses 25 élèves, commence à se sentir à l’étroit dans les locaux d’alors. Très vite les regards se tournent vers les projets de "Pôle d'Application et de Promotion de l'Innovation", à Illkirch. Dans le même temps (1984) l'Association des Elèves et Anciens Elèves devient membre du Conseil National des Ingénieurs Français (CNIF, l'actuel IESF).

La vie étudiante à l'ENSPS bat son plein et son équipage gagne même la course de l'EDHEC cette année là. En 1985 est organisé le premier Gala, dont la formule, si très appréciée à l'époque, était bien différente de ce que nous connaissons aujourd'hui !

Ces années voient l'apparition du Courant de Fuite, le CDF, le journal fétiche de tous les Enspsiens pendant plus de vingt ans. Que d'anecdotes, que de perles, que d'histoire sont contenus dans les 84 numéros que nous comptons à ce jour !

C'est également à cette époque qu'apparaît le premier projet de Junior Entreprise : le BEEP (Bureau d'Etudes En Physique). Son activité n'a jamais été comparable à celles d'autres "Juniors Entreprises", label qu'elle n'a d'ailleurs jamais pu atteindre. A cette époque déjà, les élèves se plaignent (source : Contact n°2) du manque de temps libre que leur laisse un emploi du temps trop chargé...


Programmes de 1e et 2ème années




Programme 3ème année

Les années passent, les profs restent...
Qui est-ce qui, des programmes ou des enseignants, ont le plus changé ? (source : plaquette de l'école, en 1988)


En 1987 apparaît la tradition du baptême de Promotion. C'est un Ancien de l'école qui est choisi comme "Tuteur". L'Association des Anciens Elèves est en ce temps là activement impliquée dans l'organisation de cette journée où se voient organisées par exemple des Journées Portes Ouvertes. On retiendra l'exposition Alfred Kastler lors du baptême de la promo du même nom. L'évènement est organisé par un ancien que nous connaissons bien : Pierre Pfeiffer. L'Association des Anciens Elèves fera ainsi le choix des parrains de promotion jusqu'en 1995. En 1987, toujours sous la présidence de Francis Klein, l'association met également en place le "SIC" (Service Info Carrières) et en 1988, les Associations Elèves et Anciens Elèves se séparent. L'Association des Anciens Elèves de l'ENSPS est enfin créée !
Ambiance "Fouaille" en 1988, sous les combles du bâtiment de la rue de l'Université
Pendant que certains regardent la télé, d'autres préparent leur TP (et oui, c'est lui...)


L'année 1989 marque un tournant pour l'école. Le départ en retraite puis le décès de G. Sutter entraînent l'élection d'un nouveau Directeur, centralien et ancien de la NASA, François Becker. Un débat sur l'orientation de l'école est d'ailleurs organisé au sein de l'AAE sous forme d'un "Grand Conseil". Le projet "Transfert de l'ENSPS à Illkirch" redémarre par la préparation d'un dossier de concours d'architecture.


Les années 90 - Le déménagement

Cette période débute avec le baptême de la promotion par le Maire de Strasbourg, Catherine Trautmann. Elle promet à cette occasion de nouveaux locaux à Illkirch pour la rentrée 1993. Le Polytechnicum est également créé.

En 1991 est élu un nouveau Président à l'AAE : Pierre Kobes qui remplace Francis Klein, à la tête de l'Association depuis quinze ans. Ce dernier reste toutefois membre du Conseil d'Administration de l'Ecole (et le restera de nombreuses années encore).

C'est cette année là que la RealTech vient remplacer le Beep. Mais les étudiants ont surtout la tête au Deuxième Gala organisé au Palais des Congrès et surtout à la préparation du Grand Déménagement !

L'imminence de ce dernier est en effet matérialisée, en 1992, par la pose de la première pierre. Ce sera à cette époque le plus grand chantier d'Alsace. Les étudiants participent à l'élaboration des plans du nouveau Foyer ce qui s'accompagne de longues négociations sur la taille du comptoir du bar et sur l'ouverture d'une salle billard.


Le chantier d'Illkirch en 1993


En 1993, c'est au tour de Léonard Gabel d'être élu Président de l'AAE. Une enquête "Premier Emploi" est lancée.

En 1994 se produit (enfin!) le grand changement : étudiants, enseignants et la mascotte "Foozy" (qui a trôné fièrement pendant au moins quinze ans dans une coupe, au Fouaille) intègrent les nouveaux locaux au Pôle API. Ils ont du mal à trouver leurs repères dans cet immense bâtiment si différent de leur chaleureuse ancienne demeure. N'oublions pas non plus qu'avant 1996, le tram n'arrivait pas encore sur le campus et que les élèves de l'ESBS et de Pharma n'avaient pas encore remplacé les traditionnels compagnons de soirée qu'étaient Chimie, Psycho ou l'ENSAIS... C'est l'âge d'or de résidences comme les Héliotropes, ou le 301 (situé au niveau du terminus du tram de l'époque, Baggersee).

L'inauguration des nouveaux locaux s'accompagne d'une importante cérémonie avec notamment une exposition industrielle. Les étudiants de "NFI" (nouvellement créée et devenue par la suite la formation "FIP" en électronique et informatique industrielle) ainsi que ceux de l'ESBS et (sous l'impulsion notamment de F. Becker et jusqu'à la rentrée 2002) de l'ISU (International Space University) partagent avec les ENSPSiens un bout de ce vaste bâtiment qu'est le Pôle API.

En 1995, un nouveau Directeur remplace François Becker : Jean Louis Balladore. Cette année là, le numéro deux de SIEMENS, le Professeur Dr. Hans Günter Danielmeyer, parraine la promo 98. Notons également le "prix de la créativité" obtenu par le club robot à la première édition du concours "E=M6".

Mais surtout, en 1995 puis en 1996 se déroulent les deux éditions d'un festival de théâtre national puis européen, entièrement organisé par l'association enspsienne Mozaïc. Pendant quatre jours, des troupes biélorusses et slovènes sont accueillies à l'école ; un "West Side Story" en français est par exemple interprété.

L'année 1996 est avant tout marquée par la célébration des 25 ans de l'ENSPS. De nombreux évènements sont organisés tout au long de l'année avec une active participation de l'AAE. Citons notamment le Week-End High-Tech (journées portes ouvertes à l'ENSPS) où se croisent de nombreux industriels. Le premier hologramme couleur au monde est présenté par D. Vukicevic, chercheur au Laboratoire des Systèmes Photoniques. Un Gala à l'Illiade est également organisé.

Durant l'année 1997, l'AAE est marquée par beaucoup de renouveau avec l'arrivée d'un nouveau Président, Sébastien Roussel et par l'inauguration de son premier site web.


Les années 2000 - Rythme de croisière

L'année 2000 voit l'apparition du célèbre logo "PHI" de l'école, cher à nombre d'Anciens, et l'émergence du mini-journal, le Monde de PS, qui vient complémenter le CDF à plus brève fréquence de parution. C'est aussi la célébration des 25 ans de l'AAE (évènement qui permet les retrouvailles de nombreux anciens pour une visite des labos de l'école, un repas et une ballade sur la route des vins) et le passage du cap des 1000 diplômés de l'ENSPS, près de trente-cinq ans après la création de l'école et ses six étudiants originels... Les promos atteignent alors cent étudiants, permettant l'émergence d'un véritable réseau

Mais l'ENSPS n'en reste pas là : en 2001, sous l'impulsion de Gauthier Auzou, le Gala est relancé à la Gallia et c'est un succès sans précédent ; l'Association Robot de l'ENSPS (ARE) emmenée par l'énergie de M. Meylheuc (dit Pp) et son équipe retrouve sa place dans le concours E=M6 et le sérieux de l'association est tellement reconnu par l'administration de l'école que plusieurs projets ingénieurs y seront dès lors associés, tous les ans. Sur le plan de la vie étudiante toujours, citons la présidence d'enspsiens successifs à l'association du Poly qui regroupe les différentes écoles d'ingénieurs de la ville de Strasbourg. Nous n'oublierons pas non plus la maîtrise technique grandissante du "Bureau des Fêtes" (BDF) de l'ENSPS, créé en 2001 et qui se voit confier avec succès la responsabilité technique de Galas d'autres écoles ! Côté sport, les résultats sont irréguliers mais parfois remarquables, telle cette quatrième place au TIE de Besançon, en 2003. C'est d'ailleurs cette même année-là qu'apparaît le terrain de volley et de basket devant le foyer, grâce aux démarches de quelques élèves auprès de M. Balladore, ravi en réalité d'aménager le patio !




TIE 2003, Besançon, l'ENSPS se classe quatrième sur 43 écoles



Mais c'est aussi l'époque d'inquiétants résultats scolaires qui conduisent M. Balladore à organiser un séminaire "Repenser l'ENSPS" : une dizaine de personnes (professeurs et étudiants acteurs de la vie de l'école) se réunissent pour discuter des problèmes liés à l'école ainsi que ses orientations futures. Sans faire automatiquement le lien, on ne manquera cependant pas de remarquer qu'à la suite de cela, le classement de l'école vis-à-vis du Concours Commun Polytechnique a grimpé de façon significative : l'ENSPS projette l'image d'une école sérieuse.

Du côté de l'AAE, les présidents se succèdent : Pierre Minodier en 2000, Jérôme Delmotte en 2001, Stéphanie Rind en 2003. En 2001, une grande enquête est organisée auprès des Anciens pour leur demander leur opinion sur le contenu des enseignements de l'ENSPS. Fin 2003 et en partenariat avec l'école, c'est la création de l'"Enquête premier Emploi". C'est à la même période qu'est aussi créé l'un des outils désormais majeurs de l'association : l'annuaire électronique qui recense tous les anciens depuis la création de l'école. Ceux-ci peuvent mettre à jour les informations les concernant à tout moment, où qu'ils soient dans le monde ; un formidable outil moderne, donc, et qui en maintenant le contact entre ses membres participe à la consistance de notre réseau. L'AAE est bien vivante et le fait qu'elle retrouve, parmi nous, des anciens aux postes aussi prestigieux que celui du parrain de la promo 2006 (JP. Wagner, promo 83, Vice-Président HP France), ne peut que la conforter dans son avenir.

En 2005, Jean-Louis Balladore conclut son second mandat et Eric Fogarassy prend sa suite. L'école est alors une mécanique bien huilée. La vie étudiante est rayonnante avec tout au long de l'année ses grands jalons: le WEI dans les Vosges, le concert de Noël suivi de la représentation du club sketchs qui porte depuis 1996 un regard toujours malicieux sur la vie de l'école, le gala ainsi que... le fameux repas tartes flambées organisé par les Anciens pour les étudiants !

Des évolutions surviennent également au niveau des enseignements. Le concept des projets ingénieurs, jusque là scindé en deux modules indépendants, est recombiné pour s'étaler sur dix-huit mois, en première et seconde année. Alors que le 2000e étudiant est déjà entre ses murs, l'école se tourne un peu plus vers l'ouverture et l'avenir en signant en 2008 un partenariat avec l'Institut Télécom : dès 2009, des étudiants de l'école inscrits en parallèle à un master de l'Université de Strasbourg (née de la fusion des différentes entités d'alors) ont l'opportunité d'aller passer une semaine à Télécom Paris dans le cadre de leur cursus. Cette étape n'est finalement que le premier pas vers de grandes transformations qui donneront une nouvelle dimension à l'école au début des années 2010.

L'AAE poursuit sa route tout au long de cette décennie. Adhérente aux associations nationale d'IESF et régionale de l'ARISAL (dont le président, Serge Rulewski, parrainera la promotion 2011 puis deviendra président du Conseil d'Ecole en 2013), elle réalise une refonte de son site en 2004 pour le rendre plus attractif et offrir toujours plus de services à ses membres. La cotisation en ligne devient désormais possible, évitant ainsi la contraignante expédition du chèque par la bonne vieille voie postale. Sylvain Lecler et Antoine Kasperczyk se succèdent à la présidence en 2006 et 2008.


Les années 2010 - Nouveaux horizons

En 2010, les réflexions sur le devenir de l'école et l'évolution des enseignements mènent à des décisions capitales alors que l'école s'apprête à fêter ses quarante ans et deux nouvelles filières s'ajoutent à celles préexistantes. L'école, sans renier ses sources, se tourne vers les STIC-Santé, les sciences et technologies de l'information et de la communication dédiées à la santé, faisant fructifier sa collaboration avec de nombreux laboratoires tels que le LSP, le LSIIT, l'IMFS, l'EAVR et l'IRCAD. Dans l'opération, les rangs des étudiants de l'école s'élargissent d'une cinquantaine de nouvelles têtes chaque année, permettant à chaque promotion de dépasser les cent cinquante jeunes !

Ces nouveaux diplômes s'accompagnent d'un réajustement généralisé des cours et par l'extension de la période des stages de seconde année, que la multiplications d'alliances avec des universités de renom à l'étranger (Chine, Brésil ou USA) ouvre un peu plus sur l'international.


Suite logique de ces évolutions, l'école change son nom pour refléter ses nouvelles orientations et se rendre plus visible au niveau mondial : l'ENSPS devient donc Télécom Physique Strasbourg ! L'AAE, qui s'est s'investit dans le processus pour que les Anciens aient leur mot à dire, suit le mouvement et d'"Association des Anciens Elèves de l'ENSPS", devient "Association des Anciens Elèves de Télécom Physique Strasbourg" ! L'AAE s'affiche aussi sur les réseaux sociaux et participe chaque année à des enquêtes sur l'emploi de ses jeunes diplômés et de ses Anciens en général. Son annuaire paraît tous les deux ans, et le nombre de cotisants se stabilise pour assurer une gestion optimale des fonds de l'association. L'école a atteint son rythme de croisière et c'est aussi le cas pour l'AAE, qui s'efforce de donner le maximum de clés pour réussir aux étudiants et Anciens de l'école.
A la présidence, Gaëtan Hanen et Claire Robinson prennent le relais, suivi par Michel Boehler, actuellement en poste.

A compter des rentrées 2014 et 2015, l'école lance un cinquième parcours, RT-INOC (Réseaux et Télécom, Infrastructures numériques et objets communicants) qui lui permet d'asseoir sa présence dans les technologies innovantes et de sceller un partenariat avec l'école d'informatique voisine, l'ENSIEE. Un processus à l'issue duquel Eric Fogarassy, en fin de mandat, laisse transmet sa place à Christophe Collet.

Ainsi, porteuse de cinq diplômes validés par la CTI, et dotée de partenariats renforcés auprès de prestigieux instituts et d'organisations régionales, nationales ou internationales, Télécom Physique Strasbourg - EIPS ou ENSPS pour les nostalgiques - se tourne résolument vers de nouveaux horizons, très prometteurs.

A votre tour donc, nouveaux (et futurs) anciens, de façonner une nouvelle tranche d'histoire pour votre école. Une tranche d'histoire que vous serez à coup sûr ravis, dans des années, de redécouvrir grâce aux archives de l'AAE, votre AAE.

Daniel MARJOUX, actualisé par Gaëtan HANEN
Mise à jour : été 2015


Les directeurs successifs de l'école :
- M. Gilbert Sutter : 1971-1989
- M. François Becker : 1989-1995
- M. Jean-Louis Balladore : 1995-2005
- M. Eric Fogarassy : 2005-2015
- M. Christophe Collet : à compter de 2015